• Loger - Nourrir- Éduquer - Aimer
  • Loger - Nourrir - Éduquer - Aimer
  • Loger - Nourrir - Éduquer - Aimer

Bienvenue sur le site de l’Orphelinat Saint Frère André (Canada)

Suite aux nombreuses guerres qui ont enflammé la moitié de la République Démocratique du Congo et les nombreuses épidémies qui y sévissent toujours (choléra, sida, malaria, rougeole), un grand nombre d’enfants se retrouvent sans parents et même sans aucune parenté.  Un enfant qui n’a rien et qui n’a personne pour prendre sa situation en compte y est condamné.

Alors, un groupe de personnes du Québec a pris l’initiative de créer une organisation pour construire et maintenir un orphelinat dans cette région, pour offrir réconfort, alimentation, sécurité et éducation jusqu’au diplôme d’études secondaires à une partie de ces enfants, avec l’espoir de mettre en place d’autres centres semblables dans le reste du pays, et peut-être même dans d’autres pays.

Constituée en vertu de la Loi canadienne sur les organismes à but non lucratif, OSFAC  fait actuellement toutes les démarches nécessaires pour commencer en janvier 2014 la construction des premières unités (classe, dortoir, cuisine, buanderie, administration, hygiène) qui accueilleront les premiers garçons et filles arrivant pour la rentrée de septembre 2014.

Trente élèves de première année primaire seront accueillis ainsi.  En septembre 2015, ils seront promus en deuxième année et trente nouveaux élèves arriveront pour la première année primaire, doublant le nombre d’étudiants présents, et ainsi de suite pendant quinze ans.  L’orphelinat aura alors une classe pleine pour chacun des niveaux scolaires prévus au plan d’éducation rdcongolais.

Pour les nourrir, OSFAC acquiert un terrain qui est exploité pour l’agriculture et l’élevage.  Bien que les élèves puissent y étudier, par des travailleurs et travailleuses, les rudiments de ces activités dans le cadre de leur formation générale, le travail en soi sera exécuté par des travailleurs et travailleuses recrutés au sein de la population territoriale.  Le but avoué est d’atteindre l’auto-suffisance bien avant 2030.

Travaillant avec des individus et des organismes spécialisés dans les dernières techniques les plus performantes, ces informations seront ainsi passées aux travailleurs agricoles d’OSFAC et, à travers eux, à l’ensemble de la population locale.

Étudiants, stagiaires et observateurs y sont les bienvenus.  Le français est la langue couramment parlée.  L’avion pour se rendre à Shabunda se prend à partir de Bukavu, capitale provinciale du Sud-Kivu.

Au Canada, OSFAC est au 1285 rue St-François-Xavier, à Trois-Rivières.

pro